defr
Plantes remarquables à l'Ecole d'Agriculture (41)

Lorsque les jours sombres et courts de l'hiver passent lentement, les premières cloches de neige commencent à saigner. Le «Schneiklackelchen» pousse à l'état sauvage ici et là sur des prairies humides près des rivières, par exemple à certains endroits sur l'Our ou le Black Ernz. Et ils ne manquent presque dans aucun jardin. Ces premiers signes tendres de la fin de l'hiver sont trop beaux et trop beaux.

Outre les espèces sauvages, dont la principale occurrence se trouve en Asie de l'Ouest, comme la Turquie, il existe également de nombreuses variétés de cloches à neige encore trop peu connues dans ce pays.

En Angleterre, le pays des jardiniers, les amateurs de snowbell collectent des centaines de variétés, s'organisent dans des clubs de snowbell, se rencontrent pour des visites de jardins avec neige et glace, afin de s'émerveiller devant une nouvelle snowbell rampant sur le sol. Pour un seul oignon d'une variété rare, 400 euros seront dépensés, et ces trésors ne disparaîtront bien sûr que secrètement.

Les variétés de Snowbell ne sont pas encore répandues ici. Il existe de belles variétés simples qui peuvent être achetées chez nous pour quelques centimes.





La plus connue de ces variétés est la «Flore Pleno» à fleurs doubles, un vrai bijou. «Hippolyta», qui est également remplie de fleurs, est très similaire, mais disponible moins souvent.

L'une des plus belles variétés pour moi est l'ancienne variété 'S. Arnott ', qui fleurit avec un blanc presque pur, des fleurs assez grandes. Il est également assez vigoureux et forme lentement et régulièrement de gros tufs.

La variété «Giganteum», qui peut atteindre 30 cm de haut et est également perceptible dans le lit dans la neige, est plus rare. Et «Viridapice» a des pointes vertes particulièrement grandes dans l'anneau intérieur des pétales.

Les cloches à neige et leurs variétés peuvent être mieux divisées en «vert», c'est-à-dire directement lorsque les fleurs sont fanées, au début du printemps. Ensuite, Galanthus peut être transplanté sans aucun problème.

Les oignons sont un peu plus délicats, ils sèchent plus vite que les autres oignons. S'ils sont achetés, de préférence déjà en été, ils doivent avoir une profondeur d'environ 5 à 8 cm au plus tard début septembre pour être sûrs de fleurir l'année suivante. Le sol ne doit pas être trop sec. Les espèces sauvages issues de descendants contrôlés sont adaptées à la naturalisation.

Incidemment, le forçage est également merveilleux, qui est effectué dans des bocaux spéciaux en forme de cloche à neige, similaires aux jacinthes.

Eike Jablonski (LTA)

Aller en haut