defr

C'est le nom de la pulsatille en luxembourgeois. Quel nom étrange pour une petite fleur et pourtant très attrayante. Dans la langue allemande, il y a beaucoup de noms différents tels que manchette à gâteau, manchette de cuisine, manchette de vache, et encore beaucoup plus, de sorte que le nom latin Pulsatilla vulgaris est plus clair et exclut les erreurs.

.La référence au diable se faisait avec des plantes fanées, lorsque les graines à longs poils collent au fond de la fleur et produisent des pompons appropriés. Dans certains endroits, on croyait même que là où les anémones pulsatilles poussent, un chasseur a tiré une sorcière du ciel. En dehors de ces histoires horribles, la plante est très belle. Elle surprend par ses fleurs poilues pendant la période de floraison d'avril à mai. Au milieu des pétales bleus, blancs, roses ou rouges, les étamines jaunes cavalent, attirant de nombreux insectes. A la fin de la floraison, les tiges poilues s'élèvent au-dessus des feuilles et les grappes de fruits plumeuses ou poilues se forment. Celles-ci sont emportées par le vent ou pendent dans la fourrure des animaux. Grâce à la densité du poil, qui protège la plante du froid mais aussi d'une trop forte évaporation de l'eau, les manchons apparaissent très doux et veloutés.

Fondamentalement, les pulsatilles sont répandues dans presque toute l'Europe, mais elles sont assez rares et sont sur la liste rouge dans de nombreux pays. Au Luxembourg, avec un peu de chance, vous trouverez les plantes rares dans les prairies sèches ou rugueuses, où l'on trouve aussi des orchidées. Comme dans un environnement naturel, la pulsatille préfère aussi les endroits secs, chauds et ensoleillés du jardin et aime éviter d'ajouter de l'engrais. Uniquement pendant les longues périodes de sécheresse il faut verser de l'eau de temps en temps. De même, l'anémone n'est pas très compétitive et les plantes voisines trop fortes la déplacent de sa place. Pendant longtemps, les anémones ont rarement été trouvées dans les jardins. Quand les jardins de rocaille sont devenus à la mode, les pulsatilles ont également conquis les coeurs des jardiniers amateurs.

La pulsatille est toxique dans toutes les parties de la plante et les personnes sensibles ne doivent pas la cueillir sans gants. Des ampoules peuvent se former sur la peau assez rapidement. Mais comment dire aux petits enfants : "Tu regardes avec les yeux, pas avec les mains"; et seulement observer la plante est un plaisir car elle est toujours spectaculaire.

Dipl. Ing. Architecture paysagère Nadine Weirich

Aller en haut